Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/08/2017

Crowdequity: le coût du prospectus imposé est très loin de correspondre à sa valeur ajoutée

Le clou de ce rapport indigeste et coûteux, contrainte règlementaire imposée par les autorités prudentielles,c’est que la valorisation (la raison fondamentale d’être de ce type de rapport) exposée est totalement non transparente, pour ne pas dire bâclée. Aucune explication de la méthode employée pour aboutir à l’évaluation financière n’est fournie. Et comme les composantes du SWOT (acronyme de Strengths,Weaknesses, Opportunities, Threats) ne sont pas quantifiées, il n’y a pas moyen de comprendre la logique ayant conduit à l’évaluation proposée aux mini-investisseurs.

Quelle est la valeur d’un prospectus qui reste totalement opaque sur la méthode de valorisation de la start-up concernée ? A quoi bon des pages de commentaires sur les forces et les faiblesses de la start-up si on reste mystérieux sur la détermination de sa valeur transaction ?

Pourtant, la valeur financière du projet est la pierre angulaire dans la décision d’investir. Si au final le prospectus présente les tenants et aboutissants d’un projet et que l’investisseur décide d’y souscrire, il n’a fait que la moitié du chemin : il lui faut encore savoir à quelles conditions il y souscrit, surtout à quel prix, pour savoir ce à quoi il peut prétendre en échange de sa contribution.

Pour l’investisseur il serait plus utile de disposer d’un prospectus de seulement dix pages, mais alors détaillant la valeur financière ou transactionnelle du projet (celle-ci synthétise en quelque sorte l’analyse SWOT), plutôt que 100 pages de verbiage administratif récurrent.

Sur une centaine de pages de rapport, seulement un tiers de celles-ci concerne spécifiquement l’entreprise. Le but ultime du prospectus est de dire si le projet a de la valeur ou non, si c’est une opportunité financière ou non. Et si oui, il faut la préciser en expliquant comment on l’a déterminée. Dans la pratique on ne le fait pas parce qu’alors l’investisseur comprendrait la logique collusoire de la plateforme et des porteurs de projet.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !