Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2017

Les plateformes de crowdfunding et leurs lourds tarifs d'intermédiation

Des prix prohibitifs sont pratiqués en contrepartie, notamment, d’un tri soi-disant « hypersélectif ».

Chez Wiseed, par exemple ; 1% du capital versé rien qu’au titre de gestion annuelle (ponction limitée aux cinq premières années), à quoi s’ajoutent 5 à 10% de la plus-value dégagée en cas de vente ou d’introduction en Bourse de la société. 

Autre exemple, chez MyMicroInvest (MMI) ; 2% du capital versé rien qu’au titre de gestion annuelle (ponction limitée aux six premières années), à quoi s’ajoutent 20% de la plus-value dégagée au-delà d’un rendement annuel de 10% (cf. chapitre 2, point A, §2 « Un financement à moindre coût ? »)

Anaxago soucieuse de multiplier les sources de revenus, prend minimum 5% de commission côté entreprises (donc sur les fonds collectés) plus des frais de gestion côté particuliers : 1 500 € fixe à titre de frais opening (référencement et montage du dossier) et 3 500 € fixe à titre de frais de closing.

Les plateformes engendrent trois types de revenus :

1)     Les packages proposés aux entrepreneurs qui lèvent des fonds : cela peut commencer à 1 000 euros, par exemple chez MMI, pour la mise en ligne de la levée de fonds. Ce montant peut ensuite grimper en fonction de l’activation d’une série d’options.

Par exemple, quelques milliers d’euros pour la rédaction d’un prospectus pour appel public à l’épargne conforme aux prescrits de l’Autorité de contrôle prudentiel (en l’occurrence la FSMA en Belgique). Ou encore quelques milliers d’euros supplémentaires pour des options de marketing, par exemple faire monter les fondateurs sur la scène lors d’un évènement crowdfunding en live (10 000 € chez MMI).

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

Les commentaires sont fermés.