Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2017

Crowdlending et crowdequity: miroirs à alouettes!

Alors que le marché du financement participatif est en pleine expansion (en France et en Belgique, il double en volume chaque année depuis 2014) peu de personnes semblent s’interroger sur la perversité du modèle économique de la plupart des plateformes de prêts rémunérés de particuliers aux entreprises (crowdlending) et des sites Web de prises de participation de particuliers dans le capital de jeunes pousses (crowdequity).

En effet, qui prend conscience que ces deux systèmes de plus en plus populaires de financement participatif sont en réalité vérolés : gains surestimés, risques minimisés, clauses abusives, etc. ? Les pratiques déviantes de bon nombre d’acteurs du prêt participatif et de la prise de participation en actions devraient alarmer non seulement les Autorités en charge du contrôle prudentiel des opérateurs du crowdfunding mais surtout la foule des particuliers qui sont encouragés par des mécanismes fiscaux  à suivre la voie toute tracée pour eux de devenir les « dindons de la farce ».

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici!

27/03/2017

Les business angels et les venture capitalists ne sont pas des bandits !

Beaucoup d’entrepreneurs aiment décrire les business angels (BAs) et les venture capitalists (VCs), c’est-à-dire les fonds ou les sociétés de capital-risque, comme des vauriens. Les capitaux-risqueurs sont devenus les boucs émissaires favoris dans l’écosystème start-up, parce qu’ils ont déversé en masse de l’argent dans des sociétés qui se sont effondrées de manière spectaculaire. Ces entreprises financées par des sociétés et des fonds de capital-risque ont brûlé en pure perte des tonnes de cash, sans créer ni valeur, ni profit.

Il est très facile d’être un critique en chambre, et d’étriller les VCs et les BAs en déblatérant sur leur manque de perspicacité. Parmi les critiques courantes qui leur sont faites, les capitaux-risqueurs sont intellectuellement myopes : ils préfèrent des business modèles éculés (à force d’être copiés) ; ils ont l’instinct grégaire et une mentalité moutonnière et refusent de sortir des sentiers battus en misant courageusement sur des modèles « contrarian » ; et ils sont obsédés par la course énergique vers la croissance, quel qu’en soit son coût.

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIN : cliquer ici!

24/03/2017

Start-up: une approche prospective et dynamique de la valeur

Exemple d’évaluation selon le Venture Capital Model (VCM)

 Cette variante de l’Income Approach est utilisée d’une façon comme une autre par la communauté des professionnels du capital-risque, comme un moyen efficace de scruter les projections du plan d’affaire afin de déterminer si elles sont concordantes et raisonnables. Si la perception du ratio risques/return est positive, on poursuit alors la due diligence et on approfondit l’analyse de la valeur de l’entreprise.

 Le VCM est une approche prospective et dynamique de la valeur fondée sur l’actualisation des flux anticipés de rentabilité. Le taux d’actualisation tient compte de la perception du risque inhérent à l’entreprise et de la probabilité de réaliser concrètement les prévisions du plan d’affaire.

Cependant, au lieu d’utiliser le flux annuel de cash flow libre comme la valeur théorique de l’entreprise, le VCM repose sur l’hypothèse d’un évènement de liquidité certain dans le temps (vente ou IPO (Initial Public Offering c’est-à-dire introduction en Bourse)) et escompte le produit de cet évènement pour le rendre homogène et exprimable en unités monétaires du moment.

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIn : cliquer ici!