Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/12/2016

Recherche de business angels: de vieilles habitudes et des recommandations néfastes

Dans toute recherche d’un ange investisseur il y a une question cruciale à se poser : en quoi un business angel est-il différent d’un banquier, d’un gestionnaire de fonds professionnel, d’un capital-risqueur et d’un investisseur institutionnel ?

Comme mentionné précédemment, la différence fondamentale tient au fait que l’investisseur privé n’est pas obligé d’investir. Rien que pour cela l’investisseur privé a une autre perspective des choses. Ainsi donc la manière habituelle d’approcher un capital-risqueur, d’obtenir un prêt d’un banquier ou d’un organisme ne sera pas appropriée pour aborder un investisseur privé.

D’abord, ne l’oublions pas, les anges investisseurs sont invisibles : ils protègent leur anonymat. Ensuite, les critères d’investissement des business angels ne sont pas toujours exclusivement financiers. Il est ainsi difficile pour un créateur d’entreprise de juger l’approche la plus efficace pour localiser, attirer et construire une relation avec des business angels.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici

23/12/2016

Polymorphie des investisseurs et typologies amusantes de business angels

La communauté des investisseurs privés est très hétérogène et les investisseurs peuvent se présenter sous des formes différentes. Il peut s’agir autant d’individus, ou de réseaux d’individus (love money, Business Angels Networks, etc.), que de sociétés privées ou de fonds privés de capital-risque (venture capitalists).

C’est pourquoi il faudra savoir bien choisir et à chaque fois adapter son argumentaire de séduction au profil de l’investisseur sollicité. À la polymorphie des financeurs doit correspondre un polymorphisme du discours de présentation (pitch) de la start-up.

Business angels et venture capitalists n’investissent pas de la même façon (ils n’ont d’ailleurs pas les mêmes motivations de le faire) même s’ils jaugent les startups généralement selon les mêmes critères (mais ils n’accordent pas à ceux-ci la même importance).

Les business angels, représentent eux-mêmes un ensemble hétéroclite d’investisseurs privés, difficile à quantifier, notamment parce qu’ils proviennent d’horizons très différents et parce qu’ils préservent leur anonymat et la confidentialité de leurs activités. En outre, leurs objectifs et leurs pratiques peuvent s’inscrire dans des logiques fondamentalement différentes.

Schématiquement, on retrouve chez les business angels trois grands types de motivations:

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici

21/12/2016

Ce qui distingue les business angels des venture capitalists

Vocation des business angels

 

Les business angels jouent un rôle financier et économique majeur dans le processus de création de l’entreprise puisqu’ils interviennent à un stade de développement – seed, start-up, early stage – où il n’existe aucun financement. Sans eux, beaucoup de startups ne verraient pas le jour.

La vocation de ce financement initial est de faciliter l’émergence et la préparation de projets que le capital-risque traditionnel pourra prendre en charge par la suite.

La fonction majeure du business angel est de combler le funding gap (le financement manquant au moment où un entrepreneur a une idée mais où il lui manque quelques dizaines de milliers d’euros pour crédibiliser son projet dans sa phase de lancement), de servir de relais de financement, pendant une période où la jeune pousse n’a pas encore de garanties à offrir aux banquiers et que son développement n’atteint pas encore le seuil (de volume, de maturité…) nécessaire pour intéresser les fonds ou sociétés de capital-risque.

En effet, les sociétés de capital-risque, dont c’est pourtant le métier, ne s’y risquent pas sauf exception. Elles n’acceptent que très rarement des projets se situant en dessous de 500 000 euros, voire plusieurs millions, les jugeant trop risqués et insuffisamment rentables.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici