Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/08/2017

Exemples de campagnes de crowdfunding qui dégénèrent

Le projet Zano (mini-drone européen) a collecté plus de 3 millions d’euros sur une plateforme de reward based crowdfunding (cf. lexique) et un an plus tard, la société porteuse du projet se déclare en liquidation, sans avoir livré à ses milliers de backers leur exemplaire et sans leur proposer le moindre remboursement. Le PDG démissionnaire s’est contenté d’invoquer des « différends insurmontables et des problèmes de santé ».

Le projet Coolest Cooler (glacière connectée) a levé plus de 13 millions de dollars sur la même plateforme de reward based crowdfunding, mais sa porteuse a préféré, peut-être par manque de trésorerie et dans le souci d’éviter la banqueroute, de mettre en vente sur Amazon les glacières fabriquées avant de remplir ses obligations vis-à-vis de ses donateurs.

Le projet Skarp (rasoir laser « révolutionnaire ») a engrangé 4 millions de dollars sur Kickstarter avant que la plateforme annule la campagne jugeant apparemment le rasoir inefficace. Mais, étonnement une autre campagne a été aussitôt lancée sur Indiegogo.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

25/08/2017

Les dérives du crowdfunding

En général, les plateformes de financement participatif se prévalent de la mise en place de plusieurs filtres pour éviter les dérapages. Par exemple, certaines d’entre elles refusent les projets personnels, d’autres proposent aux porteurs de projet des mentors (sensés garantir la crédibilité du projet), d’autres encore (à l’instar de la plateforme Particeep en collaboration avec AXA) proposent même aux investisseurs des assurances spécifiques contre l’indisponibilité ou l’insuffisance de compétences du porteur de projet, étant bien entendu qu’il ne s’agit pas d’une assurance contre le risque d’escroquerie. D’autres ont mis au point des mesures encore plus sophistiquées comme les algorithmes de détection des fraudes.

Le système est faillible et les procédures (de sélection de projet, de dissuasion et de détection des fraudes) soi-disant draconiennes des portails de crowdfunding ne sont souvent  que fumée et miroir aux alouettes puisqu’elles ne peuvent parer à toutes les tentatives de projets bidons ni à toutes les manœuvres douteuses dans les campagnes : investisseurs fictifs ou éphémères pour amorcer la pompe à financement, testeurs-bidon, commentaires factices, fausse localisation du siège social (société californienne qui est en réalité ukrainienne), identités des membres de l’équipe falsifiées (on envoie à la plateforme des copies de passeport ou de cartes d’identité), etc.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

24/08/2017

Le crowdfunding ne perce pas en Belgique

Une étude de KPMG (2015) démontre qu’en matière de crowdfunding, la Belgique reste à la traîne : un Belge y consacre en moyenne 0,11 €, tandis qu’un Français y consacre 1,20 €, un Hollandais, 1,58 €, et un Anglais jusqu’à 1,78 €.

Le marché des plateformes de financement participatif en Belgique est très différent de ce qui se passe dans les autres pays. En effet, dans le royaume, la culture du risque n’est pas ancrée comme elle l’est dans les pays anglo-saxons. Et la culture financière des Belges est très lacunaire, notamment quand elle concerne les outils de levées de capitaux à risque. Une enquête commandée par le Cabinet Valoro en 2016 (892 personnes interviewées en Belgique) a révélé le manque de notoriété du crowdfunding auprès des particuliers mais également auprès des mini et des primo entrepreneurs : moins de 7% des Belges ont entendu parler de l’investment crowdfunding (prêt et/ou prise de participation). Mais 70% des répondants, selon cette même enquête, déclarent prendre en considération cette option pour effectuer un investissement/placement.

Le problème en Belgique n’est pas tant lié aux entrepreneurs car les idées et les projets ne manquent pas mais il est plus compliqué de trouver les investisseurs. Ceux-ci préfèrent placer leur argent sur un compte d’épargne plutôt que de l’investir sur une plateforme. Il est d’ailleurs symptomatique que sur les 50 000 membres de MyMicroInvest, moins de 10% d’entre eux seulement franchissent le pas et investissent.

 

 

Lire la suite de cet article paru sur LinkedIn : cliquer ici !