Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2017

Les plateformes de crowdfunding et leurs lourds tarifs d'intermédiation

Des prix prohibitifs sont pratiqués en contrepartie, notamment, d’un tri soi-disant « hypersélectif ».

Chez Wiseed, par exemple ; 1% du capital versé rien qu’au titre de gestion annuelle (ponction limitée aux cinq premières années), à quoi s’ajoutent 5 à 10% de la plus-value dégagée en cas de vente ou d’introduction en Bourse de la société. 

Autre exemple, chez MyMicroInvest (MMI) ; 2% du capital versé rien qu’au titre de gestion annuelle (ponction limitée aux six premières années), à quoi s’ajoutent 20% de la plus-value dégagée au-delà d’un rendement annuel de 10% (cf. chapitre 2, point A, §2 « Un financement à moindre coût ? »)

Anaxago soucieuse de multiplier les sources de revenus, prend minimum 5% de commission côté entreprises (donc sur les fonds collectés) plus des frais de gestion côté particuliers : 1 500 € fixe à titre de frais opening (référencement et montage du dossier) et 3 500 € fixe à titre de frais de closing.

Les plateformes engendrent trois types de revenus :

1)     Les packages proposés aux entrepreneurs qui lèvent des fonds : cela peut commencer à 1 000 euros, par exemple chez MMI, pour la mise en ligne de la levée de fonds. Ce montant peut ensuite grimper en fonction de l’activation d’une série d’options.

Par exemple, quelques milliers d’euros pour la rédaction d’un prospectus pour appel public à l’épargne conforme aux prescrits de l’Autorité de contrôle prudentiel (en l’occurrence la FSMA en Belgique). Ou encore quelques milliers d’euros supplémentaires pour des options de marketing, par exemple faire monter les fondateurs sur la scène lors d’un évènement crowdfunding en live (10 000 € chez MMI).

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

02/09/2017

Plateformes de crowdfunding : profusion de services annexes payants

Les plateformes, pour survivre, ne peuvent pas se contenter de n’être que de simples portails de collecte de fonds et pour cela elles étoffent leurs services annexes, notamment, elles établissent des ponts vers le e-commerce à l’instar d’Indiegogo avec son service commercial InDemand qui permet aux gestionnaires de campagnes de collecte de faire une transition aisée vers les phases suivantes des opérations. Cela inclut l’acceptation de précommandes de produits, provenant du monde entier, l’acquisition de clients payants (la gestion des données clients) et la croissance de revenus. InDemand est une plateforme annexe accessible à tout projet ayant atteint son objectif de collecte. Les participants peuvent ainsi capitaliser le trafic web sur leur page de campagne.

Par exemple, la veste de voyage Baubax a levé 9,2 millions de dollars sur Kickstarter et a ensuite lancé une campagne de précommandes sur InDemand qui lui a rapporté un supplément de 2,3 millions de dollars, soit un total de 11,5 millions de dollars.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

01/09/2017

Plateformes de crowdfunding: indigence des conseils

La plupart des sites et notamment ceux dédiés à l’equity based crowdfunding sont tout au plus globalement médiocres.

Leurs méthodes de sélection, de détection des fraudes, de due diligence et d’évaluation des projets sont peu transparentes et souvent trop simplistes ou trop sommaires et donc dans leur ensemble de faible qualité.

Leurs mécanismes de défense de leurs membres (les micro-investisseurs de la foule) sont grossiers. En effet, aucune plateforme ne peut garantir que l’argent récolté sera bien utilisé, à bon escient et comme promis par les porteurs de projet. Quand une plateforme siège au conseil d’administration d’une start-up elle ne fournit uniquement qu’un avis consultatif. En outre, une plateforme n’est pas en mesure d’imposer un mécanisme de gouvernance d’entreprise à la jeune pousse.

Et puis, quid de la communication post-collecte ? La plateforme peut-elle la garantir ou l’améliorer ? Le canal de communication restera-t-il ouvert ? Donc, d’une manière globale, la protection des mini-contributeurs financiers est assez imparfaite.

Les plateformes prodiguent tous genres de recommandations mais en général celles-ci sont plutôt rudimentaires et donc de qualité insuffisante.

 

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIn : cliquer ici !