Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/06/2015

Mesurer l'immensurable: évaluer qualitativement les startups

Tout investisseur évalue les jeunes pousses en fonction de certaines métriques quantifiables, notamment celles relatives à la « traction », à la taille du marché et à bien d’autres critères. Mais ce n’est pas tout ce qu’il considère. En fait, la plupart du temps, les facteurs les plus importants pour déterminer s’il faut investir ou non sont purement qualitatifs. Même si ceux-ci peuvent varier d’un deal à l’autre, il en est quelques-uns qui reviennent continuellement.

Compréhension du « Pain Point »

Les entrepreneurs qui créent la solution à un problème réel ou perçu (le pain point) comprennent-ils totalement leur public cible  et la source de leur frustration ? Peuvent-ils apporter la preuve qu’ils résolvent bien un problème légitime dans le marché visé ? Et peuvent-ils démontrer que l’audience ciblée a bien le pouvoir  de prise de décision  pour trouver et/ou implémenter des solutions ? Lire la suite...

09/06/2015

Principes de base d’un écosystème startups efficace

(Et implications pour le positionnement de tout dispositif d’aide à la création et au financement d’entreprises)

Pour capturer au mieux la quintessence de ce qui rend un écosystème startups performant et améliorer l’efficacité de l’intermédiation il faut les ingrédients suivants :

  • Des entrepreneurs chevronnés  au service des primo-entrepreneurs !

Et non pas des fonctionnaires au service des investisseurs, ce qui est le schéma prédominant dans la plupart des structures d’accompagnement. Des investment managers ou analystes financiers et des accompagnateurs, diplômés universitaires ou non, qui n’ont jamais lancé eux-mêmes une société ne peuvent pas réellement comprendre les "startuppers" et de ce fait la qualité de leurs conseils est foncièrement toute relative.

 

  • Des aiguilleurs efficaces !

Ce qui implique une rénovation de l’intermédiation formelle(Business Angels Networks, incubateurs, accélérateurs de startups, plateformes de crowdfunding, etc.). En effet, il faut professionnaliser l’accompagnement en recrutant et en formant différemment les animateurs de réseaux d’aide à la création d’entreprise. Il faut également sonder la valeur ajoutée réelle des différents types d’intermédiaires et auditer objectivement et régulièrement l’efficacité réelle des structures d’accompagnement. Lire la suite...

06/06/2015

Hiatus de l’écosystème startups belge

L’écosystème startups belge ne souffre ni d’un manque de bons projets, ni de bonnes infrastructures ni d’une insuffisance de capitaux pour les démarrer et les développer. Son problème fondamental est que l’offre de capitaux à risques n’y rencontre pas suffisamment la demande. Nous disposons également d’une intermédiation polymorphe (les différents  outils des dispositifs tant publics que privés d’aide à la création et au financement d’entreprises) et pourtant le marché du capital-risque et du financement des startups est peu efficient. Pourquoi ? Probablement parce que l’intermédiation actuelle est lacunaire : insuffisamment proactive et sans réelle valeur ajoutée, ni pour les entrepreneurs, ni pour les investisseurs.

Notre réseau d’accompagnement de startups  engendre un nombre insignifiant de levées de fonds réussies ! Proportionnellement au potentiel de la scène belge des startups, peu de projets sont sélectionnés par les structures d’intermédiation. D’un côté, peu de porteurs de projet se réfèrent aux réseaux actuels (par méconnaissance ou en raison de préjugés) et probablement parce que les prismes de sélection des intermédiaires sont trop classiques et consensuels. D’un autre côté, peu de business angels y adhèrent. Eux aussi par méconnaissance ou en raison de préjugés. Mais également à cause du formalisme parfois rébarbatif des structures d’intermédiation et de la faible qualité de leur prescription de startups. Lire la suite...