Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/06/2017

Stocks for Services : une passerelle de motivation créative et efficace pour les startups

Pour le personnel-clé

La plupart du temps, les startups manquent d’argent pour s’offrir les services pointus, le personnel expérimenté (talents, compétences, expériences) ou d’autres ressources dont elles ont éminemment besoin, alors, fréquemment, on recourt au sweat equity (appelé également Stocks for Services) comme complément au paiement en numéraire de ces ressources primordiales. En complément d’un salaire moindre, elle offre alors des actions de la société.

En effet, dans la mesure où le bénéficiaire, tablant sur le potentiel de très haute croissance de la start-up, croit à sa valeur dans le futur (valeur d’Exit), les actions de la jeune pousse peuvent littéralement servir de moyen de rémunération. Dans des circonstances particulières et selon une perspective optimiste, elles constituent une alternative de financement intéressante où le capital sueur peut valablement compenser le capital financier manquant.

 

Pour les cofondateurs

 Les fondateurs de start-up recourent souvent à cette alternative.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

01/05/2015

Les banques se méfient de leurs employés

Et si pour une fois les banques refusaient de croire que le fait de licencier des employés en bloc est la seule réponse pour réduire les coûts et survivre à cette mauvaise passe ? Ne pourraient-elles pas sentir au plus profond d’elles-mêmes que si elles refusaient de voir la récession comme une excuse à leur déclin, et que si elles faisaient ce qui est bon pour leurs employés, elles pourraient alors convertir la menace en opportunité ?

L’économie du savoir tout entière n’est au fond bâtie que sur la confiance que les employés construisent entre eux. C’est cette relation – celle entre les employés et l’organisation – qui à elle seule maintient une entreprise dans la course. Des licenciements à grande échelle, s’ils ne sont pas liés à la performance des employés mais simplement à la réduction des coûts, démantèlent l’édifice de la confiance. Les fondations mêmes de l’organisation sont réduites à néant.  Lire la suite