Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/09/2017

Crowdfunding: qui gagne? qui perd?

Le paradoxe des plateformes de crowdfunding

Elles sont certes en vogue mais elles sont également peu pérennes, pour la grande majorité d’entre elles. En règle générale, leur valeur ajoutée réelle, en tant qu’intermédiaires, est (très) surestimée.

L’adéquation entre la qualité des services prestés et le montant des commissions prélevées n’est pas bonne. Le « gratuit » est souvent une affabulation destinée à masquer des taux de commission élevés ! N’est-ce pas rebutant de devoir payer 800 € de commission sur 10 000 € de dons reçus ?

La commission d’intermédiation est un mode (capitaliste) de rémunération mal assumé par les plateformes, parce que sans doute peu conforme avec la philosophie de l’économie collaborative. Il y a donc une contradiction inhérente dans le modèle. Un service communautaire, d’entraide et de partage, et une rémunération lucrative, qui, sur les taux ne se distingue pas fort de ceux prévalant dans le système bancaire classique et dans les réseaux de business angels.

Le crowdfunding est trop souvent le violon d’Ingres de véritables sociétés financières qui dévoient les principes du financement communautaire en faisant en sorte que la solidarité et la générosité servent avant tout à se tailler, par opportunisme, des rentes de situation en se masquant sous les oripeaux du financement participatif!

Ainsi, leurs concepts de plateformes, leur modus operandi, sont parfois loin de reposer sur une totale confiance dans la foule et souvent leurs pratiques sont très éloignées de l’esprit du financement collaboratif et solidaire. On est loin de l’image « bon enfant » du financement participatif.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

16/05/2017

Porteurs de projet : choisir les conseilleurs adéquats pour votre start-up

Bâtir une start-up de dimension internationale, c’est dur ! En tant que fondateur vous devez penser à tant de choses à la fois, à l’équipe et au business modèle, au produit et à la stratégie marketing, il n’y a jamais assez de compétences pour pouvoir faire tout ce que votre business requiert !

Cependant, vous n’êtes pas obligé de tout faire vous-même. Choisir les bons inspirateurs pour votre jeune pousse tout au long de son développement peut vous soulager sur bien des aspects. Pourquoi ne pas simplement vous adresser à vos investisseurs, pourrait-on demander. La réponse n’est pas aussi simple qu’elle ne paraît, et parfois même, votre partenaire financier pourrait se révéler être votre meilleur conseiller. Mais, bien souvent, ce n’est pas le cas.

Les guides sont primordialement des personnes auprès desquelles les fondateurs peuvent s’ouvrir en toute confiance, sans craindre d’être jugés. Ces gens ont également suffisamment de connaissances sur la jeune pousse, l’équipe et le marché, pour peser valablement sur toute décision. Les fondateurs pensent que les investisseurs ne peuvent pas jouer ce rôle étant donné les conflits d’intérêts (patents et latents) à moyen et long terme entre les deux parties.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

14/01/2017

Start-up: un outil pour mesurer la compatibilité et la complémentarité des associés

Voilà bien une problématique souvent ignorée par les primo entrepreneurs.

Êtes-vous sûr d’avoir monté votre boîte avec les bons associés ? Les mésententes entre fondateurs sont la principale cause de cessation d’activité des startups : 72% des échecs des jeunes entreprises sont dus à des problèmes d’incompatibilité nés d’une mauvaise sélection des associés et/ou d’une mauvaise répartition des actions entre eux. Ainsi, les mariages d’affaires qui tournent mal sont légion.

La start-up bruxelloise ValoroPath a conçu une solution permettant d’anticiper cet écueil et de renforcer les liens entre associés. Il s’agit d’un outil permettant au porteur de projet de bien choisir ses cofondateurs en sondant leur capacité « start-uppeuriale » et l’adéquation de leurs aspirations et de leur vision avec la sienne.

Le cœur de la solution repose sur un test baptisé FOSE (acronyme de Founders’ Suitability Estimator). Ce test, associant les techniques du scoring et celles du Behavioral Interviewing, consiste en un pool de questions d’interview à poser aux associés potentiels pour identifier leurs soft skills, c’est-à-dire les aptitudes indispensables pour que la bonne entente entre associés s’installe dans la durée.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !