Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/05/2017

Startups: maîtrisez les liens entre ROI, dilution et divergence de valeurs

Certains business angels visent un ROI (Return On Investment) de 5x à 10x, en quatre à huit ans, ce qui équivaut à un IRR annuel (Internal Rate of Return ou taux de rendement interne) situé entre 25 % et 75 %.

D’autres business angels visent tout simplement un ROI de 30 fois la mise initiale, sans divergence.

Les deux approches sont effectivement équivalentes :

Si on suppose une divergence de 4x (le point moyen dans la fourchette attendue de 3x à 5x) et qu’on la multiplie par un ROI de 7,5x (le point moyen dans la fourchette de 5x à 10x), on obtient un ROI de 30x qui inclut la divergence.

Ces règles ne sont pas sacrées ; elles reflètent simplement deux approches courantes.

Dans le tableau ci-dessous, les chiffres visés incorporent une divergence située entre 3x et 5x.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

06/03/2017

Valorisation de startups: approche empirique du calacul du ROI réel

Supposons que les prévisions de bénéfices de l’entreprise pour l’année estimée de sortie soient de 1 million d’euros en l’an 5. Et que le multiple exigé sur les bénéfices pour une entreprise comme celle-ci soit de 8. La valeur de la société au moment d’en sortir sera donc de 8 millions d’euros.

Si le financeur détient une participation dans le capital de, par exemple, 15 %, il recevra à sa sortie15 % de 8 millions d’euros, soit 1,2 million d’euros.

 Quel aura été le taux de retour sur investissement (TRI ou ROI en anglais) de l’investisseur pendant ce laps de temps ?

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

17/02/2017

Start-up: corrélation entre dilution du capital et ROI ciblé

Supposons, par exemple, qu’un entrepreneur et un investisseur s’accordent à penser que l’entreprise pourra engranger des bénéfices de deux millions d’euros dans trois ans.

Ils s’entendent également sur le fait que dans trois ans ils pourront trouver des acheteurs prêts à payer vingt fois les bénéfices annuels de la société à ce moment là.

Ainsi, en se basant sur ces hypothèses, dans trois ans l’entreprise vaudrait quarante millions d’euros (20 x 2 millions d’euros).

 Supposons encore que le financeur (en l’occurrence une société de capital-risque) offre d’investir un million d’euros et requiert pour cela un rendement annuel composé de 30 % sur toute la durée de son investissement (trois ans).

 Quel pourcentage du capital de l’entreprise doit-il détenir afin d’atteindre le R.O.I. ciblé ?

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIn: cliquer ici!